Oscillococcinum

Les amateurs de foie de canard vont être contents d'apprendre que leur mets préféré permet de guérir des états grippaux. En effet, le produit phare de l'homéopathie, Oscillococcinum, qui réapparaît chaque fin d'année avec le froid dans les vitrines des pharmacies, profitant ainsi à plein de la loi de la vitrine magique, est à base de foie et de coeur de canard de barbarie, ou, pour faire plus savant et plus scientifique, "D'Anas Barbariae Dynamisea". Cependant, ils seront déçus de savoir que sa dilution est telle, dans les excipients de saccharose et de lactose, qu'il n'en reste plus une seule molécule. Malgré cela, plus rien ne pourra les retenir de se goinfrer de foie gras de canard, ou de s'en faire une bonne grosse poêlée puisque cela permettra d'éviter la grippe et "ses complications auriculaires".

Comme le dit une homéopathe sans doute bien informée, "l'étude historique de ce remède nous ramène au début du siècle" et il n'en est pas sorti, car comme elle l'avoue plus loin "c'est simplement du foie et coeur de canard de Barbarie en autolyse aseptique et censés contenir un microbe, l'oscillocoque, observé par Joseph Roy en 1925 mais jamais identifié par la bactériologie moderne". Le "censé" est sensas ! C'est sans doute la raison pour laquelle le foie gras se vend et se mange plus en hiver, pendant les fêtes de fin d'année : il permettrait de prévenir de la grippe, période correspondant au matraquage publicitaire pour Oscillococcinum.

Que disent les études rigoureuses sur Oscillococcinum ? Tout simplement que le vilain petit canard ne fait pas mieux qu'un placebo1.

Car ici la popularité et les ventes ne sont pas proportionnelles à l'efficacité du produit, mais doivent leur existence à un formidable matraquage publicitaire et au phénomène bien connu de la preuve sociale. Cela n'est pas nouveau : dans les années 70 un produit à base de noyaux d'abricots, le Laetrile, censé guérir du cancer, a connu un succès mondial identique grâce, lui aussi, au battage publicitaire fait tout autour de lui et au puissant lobby présent derrière, alors qu'il fut prouvé définitivement qu'il s'agissait bel et bien d'un produit totalement inefficace et charlatanesque. Vous direz sans doute que, de toutes façons, d'autres vendent bien du foie gras en le "diluant" dans du porc tout en maintenant l'appellation "foie gras de canard"... Certes, mais là au moins le goût est différent, plus agréable au palais, et il coûte moins cher au kilo.

Malgré tout, on ne peut s'empêcher de se demander pourquoi la Répression des Fraudes (DGCCRF), si prompte à interdire certaines publicités à caractère mensonger, ne fait rien lorsque les petits écrans ou les vitrines des pharmacies sont inondés de publicités vantant les mérites inexistants et non prouvés d'Oscillococcinum chaque fin d'année ? Le gros laboratoire fait-il peur ? Vaut-il mieux taper sur les petits commerces charlatanesques, qui ont moins de main d'oeuvre ? Le poids économique suffit-il aux autorités "compétentes" à faire passer un produit charlatanesque au rang de médicament efficace ? Dans ce cas, certaines sectes obtiendront gain de cause...

En tout cas les Canadiens ont été plus courageux que les petits français en attaquant la société Boiron pour publicité mensongère pour son Oscillococcinum. Le laboratoire a ouvert son portefeuille pour en sortir 12 millions de dollars, reconnaissant ispo facto implicitement le motif d'accusation.

Terminons avec ce qu'en dit le "Guide Giroud-Hagége de tous les médicaments" : "nous conseillons de remplacer ce produit par un confit de canard, aussi efficace contre la grippe, et nous prions les laboratoires Boiron de ne plus embêter les canards". Ce qui est dit est dit ou j'appelle la SPA !

1- Homeopathic Oscillococcinum® for preventing and treating influenza and influenza-like illness. Cochrane Database of Systematic Reviews 2012, Issue 12. Art. No.: CD001957. DOI: 10.1002/14651858.CD001957.pub5.

Les montres anti-ondes             Les bidules à l'oxygène