La photographie kirlian

La photographie Kirlian est censée prendre une photo de "l'aura" de chacun, une espèce de "champ énergétique humain" qui serait invisible à l'oeil nu. On nous apprend par exemple que "La photographie Kirlian est une méthode, un appareil, qui permet d'établir des bilans énergétiques de santé, elle mesure l'énergie que l'organisme est capable de réémettre dans sa totalité".

Comment ça marche ? Pendant la prise de la "photo", un objet, tel qu'une main, est posé sur une plaque photographique reliée à un appareil générant un courant électrique de haut voltage (de 15.000 à 100.000 volts) mais de faible intensité. La photo résultante montre une espèce de lueur moutonneuse entourant l'objet (une couronne ou halo). Que déduiront les fondus de l'effet kirlian de cet effet ? Que "Ce que l'on voit avec la photo Kirlian, c'est l'énergie, l'information qui circule dans l'organisme, l'état de la communication intercellulaire vibratoire, une image complète des énergies qui parcourent l'organisme humain, la photo d'un corps physique.". Passons sur les expressions creuses et fourre-tout telles que "communication intercellulaire vibratoire", qui en outre ne veulent pas dire grand chose, et penchons-nous un instant sur ce phénomène physique bien connu des physiciens et des photographes qui n'a rien de magique.

Pour fonctionner correctement, la photo kirlian (du nom d'un électricien russe, Seymon Kirlian) a besoin d'un courant alternatif de haute tension et de haute fréquence. Le phénomène de la couronne survient quand des étincelles se forment entre un objet relié à la terre et une électrode, ce qui génère un champ électrique. La couronne lumineuse n'est donc que le résultat d'une décharge d'électricité dans l'air, une ionisation des molécules en présence, qui forme ce que d'aucuns appelleront ensuite une aura, et en tireront des explications toutes plus farfelues les unes que les autres comme utile pour "dresser le bilan énergétique d'un individu dans sa globalité" ou déceler toutes sortes de maladies imaginaires, jusqu'aux cancers, selon la forme ou les caractéristiques de la couronne.

Pourtant, la qualité et la couleur de la couronne dépendent de facteurs bien connus tels que le type de film utilisé, le voltage, la résistivité de la peau (humidité, transpiration ou pression sur le film), comment le sujet est relié à la terre électriquement, l'humidité de la pièce, le temps d'exposition, le temps de développement de la photographie, en tout 22 facteurs physiques, chimiques et photochimiques peuvent influencer la décharge coronale. Le plus drôle est que même des objets inanimés, tels qu'une pièce de monnaie ou des gouttes d'eau, peuvent produire une "aura" kirlian aussi parfaite qu'un objet animé ou qu'un être vivant le feraient, ce qui veut sans doute dire que la pièce de monnaie, elle aussi, a un "bilan énergétique", un état émotionnel particulier ou peut tomber malade !

Le halo multicolore obtenu n'a donc rien à voir avec une quelconque aura imaginaire, qui révélerait un état de santé particulier, pas plus que "des données sur la qualité du terrain énergétique d'un individu : surchargé, dévitalisé, déminéralise", encore moins des capacités surnaturelles (chez ceux pour lesquels le halo est plus important) de clairvoyance ou de magnétisme, mais a tout à voir avec un banal phénomène physique. Cela n'empêche cependant pas les charlatans de continuer à faire des pseudo diagnostics grâce à une photo Kirlian, ou à vendre leurs attrape-nigauds tels que caméras ou appareils kirlian.

Le pendule             La piézoélectricité