Des petites pilules pour des gros seins

La poitrine plutôt absente ou bien cachée, stressée ou angoissée devant des normes culturelles posées par des publicités, des films et des mannequins aux gros nichons omniprésents et aguichants, une femme peut avoir envie de retrouver des seins dignes de ce nom, et ce sans passer par la chirurgie esthétique. Après tout, les mâles, quant à eux, ont bien droit à leur pompe pour zizi, alors pourquoi pas les femmes ? Malheureusement, peu de possibilités existent hormis le recours au bistouri, même si des petits malins disent le contraire et se sont engouffrés dans la brèche, connaissant bien les tarifs relativement élevés d'une opération et l'aversion que représente, chez beaucoup, la seule évocation d'une intervention chirurgicale, pour proposer des produits aux plantes censés gonfler les seins et retrouver un buste imposant.

"Formule d'herboristerie traditionnelle aux résultats surprenants", décidément les plantes ont toutes les vertus, dont la première est de remplir les poches des charlatans, avec des "résultats surprenants" mais jamais prouvés, le tout vendu sous le label "naturel" pour une "stimulation saine" afin de mieux faire l'opposition avec la chirurgie et le vilain silicone "chimique", "Votre poitrine s'épanouit, se galbe visiblement et devient plus imposante", en fait le produit pour les gros seins est avant tout un produit pour les gros gogos. Les seins sont constitués d'une glande entourée de tissu plus ou moins adipeux et leur volume augmente à la puberté, en réponse à la production d'oestrogènes par les ovaires ou pendant la grossesse, lorsque les glandes mammaires se préparent à entrer en activité sous l'influence de diverses hormones, essentiellement la progestérone, élaborée par le placenta, voire enfin quelques jours avant l'arrivée des règles où un léger gonflement peut apparaître.

On se demande donc bien comment 9 plantes dont le Yam, le Damiana et le Dong Quai, pourraient avoir quelque effet qui soit sur le volume mammaire, par une production d'oestrogènes ou de progestérone et sur quelque hormone qui soit, sinon par une consonance un peu orientale pour les rendre plus mystérieuses et y associer des pouvoirs pseudo magiques. Mais le mythe des gros seins naturels à petit prix (prix finalement très cher rapporté à l'inutilité du machin) fait encore rêver. Mieux vaut encore se goinfrer afin de nourrir leur masse adipeuse, avec le risque que tout le reste gonfle aussi, reste les petits coussinets bien planqués dans le soutien-gorge ! Combien d'idiotes et d'ignares ont dépensé des sommes folles en chirurgie plastique, alors que tout est là, dans les plantes ! Heureusement, la mention "satisfait ou remboursé" convaincra les plus réticentes, à moins que la honte de s'être encore fait avoir (en plus de celle d'avoir de petits seins, alors qu'il y en a bien assez pour amuser les singes) n'empêche de réclamer son argent, à ce moment là, c'est tout bénéfice pour les charlatans vendeurs de ces produits attrape-nigauds.

Les horoscopes             L'ioniseur