Le laser anti-tabac

Les poumons déjà bien noircis, une toux à faire trembler la maison, la décision a été prise d'arrêter de fumer. Le risque peut être grand, en désespoir de cause, de tenter des méthodes toutes aussi farfelues les unes que les autres, comme celle du laser anti-tabac. Les pros du laser ont inventé quantités d'explications bidons pour cacher les résultats inexistants de leur méthode : "en stimulant les terminaisons nerveuses, le laser agira sur l'accoutumance à la nicotine. Le laser va se substituer au tabac en libérant des endorphines qui vont transmettre à ces neurones l'information 'nicotine'".

Et puis miracle car paraît-il "moins de 24 heures après l'application de la méthode le besoin de fumer disparaît", de belles phrases essayant de noyer l'essentiel : l'absence de preuves scientifiques dans un jargon qui à la couleur de la science mais qui n'en est pas. Il suffirait pourtant seulement pour les vendeurs de cette méthode d'expliquer comment ces endorphines vont transmettre aux neurones (?) l'information "nicotine" (et comment décodent-ils cette info pour la qualifier [sic] de 'nicotine' ?), et quelles terminaisons nerveuses sélectionner et pourquoi, sur quelles bases anatomiques ou physiologiques reposent leurs déclarations, etc. Le laser anti-tabac n'est en fait qu'une version "modernisée" de l'auriculothérapie, où les aiguilles ont été remplacées par un laser pour mieux coller à l'époque actuelle.

Quand ce ne sont pas des arguments carrément ésotériques qui viennent au secours des fanas du laser à tout faire : "La méthode, très efficace, consiste à stimuler une quarantaine de points situés sur les méridiens d'énergie, avec pour résultat une disparition de l'envie de fumer" l'acupuncture et ses présupposés magiques ne pouvaient manquer la fête, et ici aussi 48 heures suffisent à faire stopper toute envie de se polluer. Mais il y a un plus, car outre le fait de faire arrêter de fumer, ces pseudo méthodes "évitent également la dérive boulimique, agissent aussi sur les états de nervosité, de stress et d'angoisse " bref, tout en un et dont l'efficacité avancée approche souvent les 90% !

Un rapport Cochrane a pourtant conclu, suite à une méta-analyse de 24 études sur le rôle de l'acupuncture et méthodes associées contre le tabagisme, que ces méthodes n'étaient d'aucune utilité.

Évidemment la DGCCRF et le Ministère de la santé et de la protection sociale ne se sont pas fait avoir par ces belles paroles commerciales peu scrupuleuses, et ont interdit toute publicité mensongère à propos de ces arnaques qui coûtent tout de même entre 100 et 300 euros la cure, fort cher pour une thérapie à base d'autosuggestion.

1- Acupuncture and related interventions for smoking cessation
2- Publicité du centre laser antitabac. JORF n°167 du 21 juillet 2004 page 13018.
3- L’acupuncture contre le tabagisme.

La lampe ionisante de sel             La lettre boursière