La vitamine C

La vitamine C, ou acide ascorbique, est indispensable à l'homme, sa carence est cause du scorbut, maladie qui n'existe pratiquement plus de nos jours en Occident car on la trouve en abondance dans les fruits et les légumes. Aujourd'hui, l'absorption de vitamine C en gélules ou pilules est paraît-il recommandée pour une foule d'affections diverses telles que le rhume, la grippe, la fatigue, le manque d'appétit surtout chez les adeptes des pseudos thérapies biologiques, naturelles ou holistiques qui ajoutent d'énormes quantités de vitamine C affirmant, à tort, qu'il n'y a aucun effet secondaire. Mais aussi dans toute pharmacie, parapharmacie ou supermarché où l'on peut trouver sur des boites "l'effet de punch" que vous donnera son absorption, parfois mélangé avec du ginseng !

La publicité (et surtout Linus Pauling à l'origine) en a fait un produit populaire en lui donnant des vertus comme lutter contre la fatigue, donner du tonus, de la défense pour le corps, etc. Contre le scorbut, elle est indispensable, cependant que le tableau clinique du scorbut ne comprend pas la fatigue, le manque de vitalité ni la grippe, mais elle est largement suffisante dans notre alimentation. La vitamine C n'ayant aucun effet pour ce qui est des troubles du sommeil, comment pourrait-elle être excitante ?

Actuellement, quelle que soit l'indication, aucune activité thérapeutique supérieure à celle du placebo n'a été démontrée pour l'acide ascorbique par des études comparatives rigoureuses (Bardelay G., 1986). Mais la catégorisation de la vitamine C en tant que médicament du tonus est telle dans les mentalités que son effet placebo en est décuplé, effectivement, l'effet placebo est directement proportionnel à la foi qu'un plus grand nombre porte dans un médicament ou une thérapeutique, en clair, plus on y croit, plus ça marche.

C'est le cas pour l'acide ascorbique. Des études sur la relation qu'il pourrait y avoir entre vitamine C et cancer, publiées en 1979 et 1985, dirigées par C.G. Moertel sont claires : pas de différences entre la vitamine C et un placebo, même pour des doses énormes par rapport aux besoins journaliers. Par contre, et contrairement à ce que claironnent les obsédés de la vitamine C, à hautes doses (plus de 500 mg par jour) des effets secondaires peuvent se produire : diarrhées, allergies, décalcification osseuse... Les régimes méga vitaminés, le plus souvent provenant de pata-médecines naturopathes, sont donc bons à jeter à la poubelle, il ne vous feront du bien qu'à hauteur d'un bon effet placebo.

1- Toutes les informations et études récentes sur les vitamines.

Les vitamines             Le vivificateur d'eau